Qui suis-je ?

1. Comment définiriez-vous un coach professionnel ? 

Halte aux clichés, ce n’est ni un gourou, ni un consultant, encore moins un psy !!

Un coach est un professionnel certifié et en formation continue (compétent), supervisé (contrôlé dans sa pratique) et soumis à une déontologie stricte (éthique professionnelle).

Diplômée de Sup de Co, titulaire d’un mastère en management des ressources humaines, j’ai exercé le métier de DAF/DRH pendant plus de 15 ans. Cette solide expérience est un atout majeur dans l’exercice de mon métier de coach et notamment dans la compréhension des problématiques professionnelles rencontrées par mes clients.

Je suis coach certifiée de l’école Transformance (www.transformancepro.com) depuis 2010, supervisée à Bordeaux, membre de l’EMCC France (Association Européenne de coaching   www.emccfrance.org) et titulaire d’un DU de médiation.


2. Quel est le rôle d’un coach ? 

Le coach accompagne une personne (ou une équipe) dans une situation professionnelle pour l’aider à trouver ses propres solutions, développer ses compétences dans une perspective de performance durable et globale...

Mon rôle est d’aider mes clients, en tenant compte de leur environnement et de leur personnalité, à définir et atteindre leurs objectifs professionnels et personnels aussi vite et facilement que possible.


3. Une prestation de coaching, c’est long et cher, non ? 

 Idée reçue !

Le coach s’engage à mettre à disposition de son client son expertise, son expérience et une pratique professionnelle encadrée. Sa proposition d’intervention (durée et coût) est toujours bâtie sur mesure puisque liée à la problématique, au contexte et aux enjeux spécifiques de l’organisation. 

Etre formée en continu et supervisée me permet de développer mes compétences, de donner le « meilleur de soi » à mon client et d’améliorer sans cesse ma pratique. Certes le coût est en conséquence mais le retour sur investissement rapide : les phases de changement s’amorcent, les prises de décisions s’accélèrent et les résultats concrets apparaissent à court terme.


4. Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

La relation humaine est ma passion, le coaching ma vocation. On ne devient pas coach par hasard. C’est une histoire de vie, le résultat des épreuves traversées qui amènent à donner ce que l’on a compris, à transmettre ce que l’on a appris.

C’est un métier qui s’appuie sur des valeurs pour moi fondamentales : la confiance, la bienveillance, l’empathie, l’exigence et l’humilité.

Je dis souvent « l’exigence sans la bienveillance c’est de la persécution, la bienveillance sans l’exigence c’est de l’angélisme. »